Analyse institutionnelle de l’alternance de 2011 au Sénat

Résumé : Si l’alternance est un phénomène politique, elle a au Sénat des implications institutionnelles. En effet, appliquer le terme même d’« alternance » au Sénat amène à formuler deux remarques. Premièrement, le terme d’alternance renvoie à l’idée de changement alors que le Sénat est plutôt caractérisé par l’idée de permanence, de stabilité et de continuité. Ainsi, le mode de recrutement de la Haute Assemblée, au travers notamment du suffrage universel indirect, du renouvellement partiel de ses membres et de la durée de leur mandat, est perçu comme un gage de stabilité et de continuité de la composition de cette assemblée. Plus généralement, cette impression de stabilité est confirmée par l’impossibilité de dissoudre l’Assemblée du Luxembourg. Deuxièmement, l’absence d’alternance au Sénat est justement l’un des arguments qui a parfois été invoqué pour remettre en cause le mode de recrutement du Sénat, voire plus largement pour s’interroger sur le rôle et la place de la Haute Assemblée au sein des institutions de la Ve République. Nous voyons donc au travers de ces premières remarques qu’il existe un questionnement autour de l’alternance au Sénat et que ce questionnement ne se situe pas uniquement sur le plan politique mais se situe également sur le plan institutionnel. L’analyse de l’alternance au Sénat ne relève donc pas de la seule analyse politique. Elle doit également relever de l’analyse institutionnelle. Pour réaliser une telle analyse, il convient de mettre en lumière les rapports qu’entretient le phénomène politique de l’alternance avec les questions institutionnelles relatives au Sénat. Certaines évolutions institutionnelles expliquent-elles l’alternance au Sénat ? A l’inverse, quelles répercussions cette alternance a-t-elle sur les questions institutionnelles relatives au Sénat ?
Type de document :
Autre publication
Mélanges en hommage à Henry Roussillon, "Le pouvoir, mythes et réalité". 2014, pp.1189-1204
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-ubs.archives-ouvertes.fr/hal-01583694
Contributeur : Vincent Boyer <>
Soumis le : jeudi 7 septembre 2017 - 16:52:58
Dernière modification le : vendredi 2 mars 2018 - 09:25:00

Identifiants

  • HAL Id : hal-01583694, version 1

Collections

Citation

Vincent Boyer. Analyse institutionnelle de l’alternance de 2011 au Sénat . Mélanges en hommage à Henry Roussillon, "Le pouvoir, mythes et réalité". 2014, pp.1189-1204. 〈hal-01583694〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

37